Plus précisément nommé phosphocréatine que créatine, vous aurez compris que cette molécule bien connue des bodybuilders et des rugbymen transporte avec elle des phosphates, permettant de libérer directement de l’énergie par le biais d’un échange avec l’ADP, redevenant ATP et pouvant ainsi continuer le cycle de transformation énergétique. Ces échanges sont essentiels à la libération d’énergie cellulaire, synonyme de force musculaire. Sans phosphocréatine, il nous serait pratiquement impossible de fournir de l’énergie aux muscles, tant son rôle est majeur dans le cycle de l’ATP.

Lier ou se séparer des phosphates pour créer de l’énergie ou faire des réserves

La phosphocréatine est ce qu’on appelle en biochimie une créatine phosphorylée. C’est-à-dire que le processus de phosphorylation permet de lier des phosphates à la base de la créatine pour en faire une molécule riche en énergie. Fabriquée dans le foie par méthylation, la phosphocréatine est créée par l’association des trois acides aminés glycine, arginine et méthionine.

Le donneur de phosphate se décharge alors que le receveur se charge en phosphates

En donnant un groupe phosphate, la créatine permet d’accélérer le recyclage de l’ADP depuis l’ATP qui libère son phosphate au cours des 2 à 7 premières secondes de la contraction musculaire. À l’opposé de ce processus, une quantité d’ATP inutilisée peut être convertie en phosphocréatine en rendant des phosphates à la créatine. Dans ce cas, l’ATP recharge la créatine en lui rendant ses phosphates, lorsque les muscles sont au repos.

La phosphorylation garantit les apports ou les réserves de phosphates à haute énergie

Le passage de l’un à l’autre est une technique appelée phosphorylation, permise par le travail d’une enzyme, la créatine kinase. Le passage de l’ATP vers la phosphocréatine et inversement lorsque la créatine donne un de ses phosphates nous indique clairement que l’ATP et la créatine agissent comme un couple receveur et donneur de phosphates, une association hautement énergétique. Cette relation cruciale entre l’ATP et la créatine permet de répondre aux demandes spontanées d’énergie, tant au niveau musculaire que pour alimenter le système nerveux central, votre cerveau. Tous deux ont des besoins importants en énergie spontanée, la créatine et l’ATP permettent d’y faire face.

 www.lesproteines.com