Comme vous l’avez compris, la créatine est un allié fidèle de l’ATP. Elle joue un rôle essentiel de donneur de phosphates vers l’ATP ou adénosine triphosphate. Elle permet d’allonger la durée de travail (recyclage) de cette molécule essentielle qui compte trois phosphates, puis en libère un pour faire de l’énergie. Inopérante lorsqu’elle possède encore deux phosphates (ADP), la phosphocréatine rend un de ses phosphates pour permettre à l’ATP de continuer son travail de libération d’énergie cellulaire.

Voici le produit idéal pour le maintien de votre niveau d'énergie pour une croissance musculaire au top avec ATP max de STC Nutrition.

L’ATP, une valeur d’échange énergétique limitée

En réalité, l’ATP n’est véritablement efficace que sur les exercices et efforts spontanés qui ne durent pas plus de 8 à 10 secondes. En effet, les muscles ont besoin d'énergie explosive mais en l'absence d'oxygène durant les toutes premières secondes d'énergie, ils doivent nécessairement compter sur l'adénosine triphosphate. Au-delà, le glycogène et d’autres substrats énergétiques (glucose, lactates, pyruvates, acides aminés, graisses) situés bien plus loin sur la chaîne de transformation énergétique vont prendre le relais de la source d'énergie directe qu’est l’ATP. En réalité, tout substrat énergétique aboutira à l’ATP mais chacun d’entre eux est situé plus ou moins loin des processus biochimiques de transformation aboutissant finalement à l’ATP. Le glucose en est le plus proche (pourtant encore assez lointain) alors que les acides aminés puis les graisses doivent être métabolisés en glucose (cycle de Lynen) pour ensuite finir par l’ATP qui libère enfin de l’énergie. L'ATP est la molécule qui fournit l'énergie au muscle.

Créatine et ATP travaillent ensemble pour libérer de l’énergie

Cette explication simplifiée des substrats énergétiques explique aussi pourquoi la phosphocréatine est importante pour recycler l’énergie nécessaire aux exercices de force de brève durée, là ou une puissance musculaire maximale est demandée sur une période de temps extrêmement réduite. La créatine est donc particulièrement efficace dans le cadre des sports de force comme le bodybuilding, la musculation, le culturisme, l’haltérophilie et la force athlétique.

L’ATP et la créatine sont synonymes d’explosivité et de prise de masse musculaire

Les sports d’endurance n’entrent pas systématiquement dans le cadre d’utilisation de la créatine bien que ce débat reste ouvert. La créatine agissant en fin de la chaîne énergétique de l’ATP, son efficacité sera également importante pour la pratique de sports qui demandent une libération périodique de force et de puissance musculaire augmentée comme le rugby, l’aviron, les tirs du football, le sprint ou les sports de l’athlétisme comme la perche, le javelot, le lancer de poids et d’autres sports similaires, là ou une explosivité musculaire périodique est souvent nécessaire.

Les dernières recherches scientifiques réalisées sur la créatine et la phosphocréatine ont également mis en évidence son rôle sur la récupération post-exercice concernant les sports d'endurance ainsi que son rôle au niveau cognitif (système nerveux central).

www.lesproteines.com